Grammaire » si

Dans cette leçon, nous examinons les affixes que l’on utilise en inuktitut pour exprimer l’idée « si ». Vous allez vous rendre compte qu’ils sont très semblables aux affixes utilisés pour exprimer l’idée « parce que ».

Uqaalaguvit, qailangajunga.

Si tu téléphones, je viendrai.

uqaala-    appeler quelqu’un au téléphone

uqaalaguma

si j’appelle

uqaalaguvit

si tu appelles

uqaalaguni*

s’il appelle

uqaalappat

s’il appelle

uqaalagunnuk

si nous appelons tous deux

uqaalagutta

si nous appelons tous

uqaalaguttik

si vous appelez tous deux

uqaalagutsi

si vous appelez tous

uqaalagutik*

s’ils appellent tous

uqaalappata

s’ils appellent tous

* -guni ne peut être utilisé que lorsque le sujet du verbe auquel il est rattaché est à la même personne que celle qui est sujet du verbe de la proposition principale :

Qaiguni, mumiriarunnarniaqtuq.

Si elle vient, elle pourra aller danser.

Cette phrase fonctionne seulement si la personne qui vient est la même personne qui pourra aller danser.

Si, d’autre part, on voulait dire:

« Si Ilisapi vient, Ani pourra aller danser »

on dirait :

 Ilisapii qaippat, Aita mumiriarunnarniaqtuq.

 

Avec des radicaux qui finissent par k ou t:

tupakkuma si je me réveille
malikkuvit si tu suis
malippat  s'il suit
tupappata  s'ils se réveillent
   
tikikkuma si j'arrive
makikkuvit si tu te lèves
tikippat  s'il arrive
makippata si'ils se lèvent

 

 

Avec des radicaux qui finissent par q:

 

Uirngaqtunga

J’ai sommeil.

Uirngaruma aniniaqtunga.

Si j’ai sommeil, je partirai.



Nattiqtutit

Tu prends un phoque.

Nattiruvit, nirittiarniaqtugut.

Si tu prends un phoque, nous mangerons bien.

   
tusaqpat s'il entend
tusaqpata s'ils entendent