8 Naasautiit amiallu

Dialogue: stylo rouge, stylo bleu

Ilisapi:
Aupaqtumik titirautiqaqqit? ᐊᐅᐸᖅᑐᒥᒃ ᑎᑎᕋᐅᑎᖃᖅᑭᑦ?As-tu un stylo rouge ?
Juanasi:
Aagga kisiani tungujuqtamik titirautiqaqtunga. ᐋᒡᒐ, ᑭᓯᐊᓂ ᑐᖑᔪᖅᑕᒥᒃ ᑎᑎᕋᐅᑎᖃᖅᑐᖓ.Non, j’ai seulement un stylo bleu.
Ilisapi:
Uvanga qirniqtamik titirautiqaqtunga. Kina aupaqtumik titirautiqaqqa? ᐅᕙᖓ ᕿᕐᓂᖅᑕᒥᒃ ᑎᑎᕋᐅᑎᖃᖅᑐᖓ. ᑭᓇ ᐊᐅᐸᖅᑐᒥᒃ ᑎᑎᕋᐅᑎᖃᖅᑲ?Moi, j’ai un stylo noir. Qui a un stylo rouge? 
Juanasi:
Suusa titirautilik aupaqtumik. ᓲᓴ ᑎᑎᕋᐅᑎᓕᒃ ᐊᐅᐸᖅᑐᒥᒃ.Suusa a un stylo rouge.
Ilisapi:
Nakurmiik. ᓇᑯᕐᒦᒃ.Merci.

Vocabulary

Grammar

-mik (affixe)

-mik et sa forme plurielle -nik sont souvent utilisés en inuktitut, et ils nécessitent une explication détaillée. Compare les deux phrases suivantes en français:

Il a acheté la voiture bleue.

Il a acheté une voiture bleue.

 

 

Dans la première phrase, on parle d’une voiture en particulier, qui est connue à la fois de la personne qui parle et de la personne avec laquelle elle parle. Dans la deuxième phrase, la personne qui parle fait référence à une voiture, de façon plus générale. Le fait de déterminer précisément la voiture qui a été achetée n’est pas pertinent dans leur conversation.

En inuktitut, lorsqu’on parle de façon très générale d’une personne ou d’une chose, on accole l’affixe –mik à la personne ou à l’objet.

illumik takujuq. Elle voit une maison.
La forme plurielle de -mik est -nik :

Pingasunik qiturngaqaqtunga

J’ai trois enfants.

 

Dans la phrase ci-dessus, la personne qui parle dit de façon très générale qu’elle a trois enfants. Il est peu probable que la personne à laquelle elle parle connaisse les enfants ou qu’elle en sache beaucoup à leur sujet.

Une façon facile d’apprendre -mik et -nik serait de les utiliser avec des nombres et des couleurs:

Ququsuqtumik nasaqsimajuq.

Il porte un chapeau jaune.

Tallimanik inungnik takulauqtunga.

J’ai vu cinq personnes.

voir aussi:  décrire des personnes et des choses

 

-mik est aussi fréquemment utilisé avec des noms de personnes :

Mialimik nulialik

Il a une femme qui s’appelle Mary.

Note que lorsque -mik et -nik sont ajoutés à des radicaux qui finissent en q, ils changent le q en r :

surusiq + mik =

surusirmik

un enfant

surusiq + nik =

surusirnik

des enfants

 

Dans le dialecte Sud Baffin, lorsque -mik ou -nik sont ajoutés à un radical finissant en k, le k se modifie pour correspondre au m ou au n qui suit :

inuk + mik =

inummik

une personne

inuuk + nik =

inuunnik

deux personnes

natsiik + nik =

natsiinnik

deux phoques

inuk + nik =

inunnik

des personnes

impératif

On utilise l’impératif pour dire à quelqu’un de faire quelque chose, ou faire savoir que l’on voudrait que quelque chose se passe.

-git est utilisé pour parler à une autre personne :

niri-

nirigit

manger

Mange !

   

qai-

qaigit

venir

Viens ici !

Si l’on ajoute -git à un radical finissant par un q, le q disparaît et l’on utilise l’affixe -rit :

uqalimaaq-

uqalimaarit

lire

Lis !

Quand on dit à quelqu’un de faire quelque chose, il y a souvent la présence d’un objet. Dans ce cas, on utilise d’autres terminaisons:

tuni-

tuniguk

apporter

Apporte-le ici !

   

tigu -

tiguguk!

prendre

Prends-le !

 

Les terminaisons ci-dessus sont relativement simples, quand on parle à une personne et que cela n’implique qu’un seul objet.

Et si on voulait demander à plus d’une personne de faire quelque chose ?
qaigit Viens ici (en s’adressant à une personne)
qaigitsik Venez ici (en s’adressant à deux personnes)
qaigitsi Venez ici (en s’adressant à 3 personnes ou plus)

 

Souviens-toi que les terminaisons changent quand on a affaire à des radicaux qui finissent par q, tels qu’isiq- :

isirit Entre (en s’adressant à une personne)
isiritsik Entrez (en s’adressant à deux personnes)
isiritsi Entrez (en s’adressant à 3 personnes ou plus)

 

et si l’on veut inclure un sujet ou plus….

 

(en s’adressant à une ou deux personnes)

qaiguk Apporte-le ici.
qaikkik Apporte-les tous deux ici.
qaikkit Apporte-les ici.